Les dix commandements du bon patient

Un bon généraliste tu choisiras.

Cela vous évitera de vous parachuter chez un inconnu au premier malaise.

Toute histoire familiale tu raconteras.

Pas de dépistage intelligent si le médecin n’est pas mis sur la voie.

Une certaine fidélité tu lui voueras.

Un médecin qui connaît son patient s’alerte plus vite devant un symptôme inhabituel.

Quand spécialiste consulteras, un vrai clinicien choisiras.

Les examens techniques les plus performants ne remplacerons jamais un examen clinique bien fait.

Ton histoire ancienne lui diras, et tout fait nouveau lui signaleras.

Des symptômes d’apparence triviale peuvent mettre le praticien sur la piste du diagnostic.

En cas d’échec, au même médecin tu reviendras au moins une fois.

Donnez lui une chance de réorienter examens ou traitement avant de courir chez un autre praticien qui recommencera tout à zéro.

Au bistouri sans deuxième avis jamais ne te soumettra.

Toutes les opérations proposées ne sont pas indispensables. Deux opinions vous permettrons de mieux peser le pour et le contre.

Toutes les questions poseras.

Chaque traitement à des avantages et des inconvénients. Vous devez les connaître. Cela vous évitera des déceptions.

A ne pas tout attendre de la médecine tu apprendras.

Aucun problème ne sera résolu à 100% par le médecin, aussi compétent soit-il. Chaque patient à intérêt à identifier ce qui dépend de lui même.

Une fois guéri à ton nouvel état te feras.

D’une maladie grave même guéri, on ne sort pas « comme neuf ».Il faut s’accepter changé,au physique comme au moral.